LA SCIENCE, L’INTUITION ET LES VALEURS

Faisons le point. La Science actuelle est une science ouverte. Elle est ouverte sur un autre niveau de réalité dont l’existence est hautement probable, et qui, quel que soit le nom qu’on lui donne, surréel, réel voilé (d’Espagnat), univers primaire (David Bohm), se situe au-delà de la matière, de l’énergie et de tout ce que nous pouvons appréhender par l’expérimentation scientifique.

Attention ! Cela ne signifie nullement qu’un sens existe à cet autre niveau de réalité : le chaos pourrait très bien y régner. Néanmoins l’hypothèse selon laquelle l’Univers possède une signification devient nettement plus probable que dans le cas où ce niveau n’existerait pas.

La Science ne peut aller plus loin. Cela ne nous aide guère dans notre recherche car aucune valeur ne peut être déduite d’une telle situation : ce serait faire du scientisme à l’envers que de baser une éthique sur le seul état de la science.

Il est donc temps de se rappeler ce que fut l’intuition fondamentale de toutes les cultures, à toutes les époques : il existe un autre niveau de réalité. Ce niveau est primordial par rapport au nôtre et la nature même de l’homme est, d’une façon ou d’une autre, reliée à ce niveau. Bien que très répandue, l’intuition de l’existence d’un Dieu personnel créateur n’est pas universelle, mais celle que l’homme a un rôle à jouer à l’intérieur d’un processus qui englobe son existence l’est.

Ainsi apparaît un espoir : celui d’assister au passage de valeurs proclamées ex-cathedra à des valeurs librement admises par tous et basées sur la probabilité que notre existence ait un sens. Cet espoir découle de la convergence d’un mouvement concernant l’ensemble des sciences et de la plus ancienne intuition de l’humanité.



0 Commentaires/par
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *