INTERVIEW de Jean STAUNE dans le FIGARO

L’essayiste explique comment il tente d’imaginer l’avenir

L’auteur des «Clés du futur», best-seller qui tente de décrypter en plus de 600 pages les mutations de notre monde, traque les signaux faibles et les fait raisonner pour nous dessiner l’avenir. Avec prudence. Par nature, la prospective n’est pas une science exacte. Elle suscite pourtant beaucoup de curiosité pour le citoyen qui aime se projeter dans le futur mais également du côté des entreprises qui cherchent une boussole dans un monde complexe. Dans son dernier livre «Explorateur de l’invisible», Jean Staune nous propose un voyage dans la science et ses mystères. Le premier chapitre est consacré au big bang. Tout un programme!

LE FIGARO. – Comment définiriez-vous la prospective ?

Jean STAUNE. – Il s’agit d’identifier des tendances générales dans un monde incertain. C’est un exercice difficile. Nous sommes sur la corde raide, sur une voie étroite entre le chaos et le déterminisme.

Comment travaillez-vous ?

En m’informant, partout, tout le temps. Je suis quelques maîtres qui sentent bien l’avenir comme Chris Anderson, je m’intéresse à des entreprises très innovantes comme Boston Dynamics. Le plus difficile est de tirer des fils. Il faut savoir explorer au hasard l’infini d’Internet. J’essaie également d’être contracyclique, de m’extraire de l’opinion majoritaire. Il est bon de tout entendre y compris ceux qui pensent radicalement différemment de vous, y compris ceux qui défendent la théorie du complot sur différents sujets. La science-fiction est précieuse. Je trouve par exemple que Star Trek a su très tôt montrer des progrès qui sont survenus récemment. Le réplicateur de Star Trek qui copie tout ce que l’on veut est une imprimante 3D très efficace. Chacun a sa spécificité. Dans mon analyse, ce qui compte, c’est la vision de l’homme et du monde qui domine à un moment précis: donne-moi ta vision du monde et je te dirai comment tu consommes, comment tu produis, comment tu te développes, pourrais-je dire. Or dans notre société la vision du monde a d’abord été inspirée par la science classique qui a donné le capitalisme classique, le travail à la chaîne de Taylor, avec ses valeurs de déterminisme et de réductionnisme et, aujourd’hui, insensiblement, nous passons à une autre ontologie, sous l’effet de concepts comme la théorie du chaos et la physique quantique, même si nous n’en sommes pas conscients, exactement comme les premiers investisseurs n’étaient nullement conscients qu’ils obéissaient à l’influence du modèle de Copernic (si le monde est réglé par des lois déterministes, je peux prédire l’avenir et donc investir…), c’est l’un des points originaux de mon approche, avec la théorie du décalage entre sciences de la matière et sciences du vivant, qui est mon modèle à moi.

Les signaux faibles sont nombreux. Comment tirer un fil plutôt qu’un autre ?

Personnellement, je travaille à partir d’un prisme qui m’est proche. S’ils appartiennent à l’une des quatre catégories suivantes, ils méritent plus d’attention que d’autres. C’est le cas d’un nouveau modèle qui réinvente un domaine en venant des marges de celui-ci. Ainsi YouTube n’a pas été inventé par une chaîne de télévision, ni Skype par une grande compagnie de télécoms, ni Wikipédia par Encyclopedia Britannica. Ensuite, un modèle qui rassemble de façon transversale des domaines qui étaient jusque-là séparés. Par exemple, Elon Musk qui applique au secteur du spatial les méthodes des start-up, ce que personne n’avait imaginé possible avant lui. Troisième catégorie, un modèle «contrariant» au sens anglais du mot, qui fait l’inverse de ce que tout le monde fait dans une industrie. Encore un exemple chez Elon Musk, quand il commença à faire des voitures électriques haut de gamme pour descendre en gamme, contrairement à tous les autres constructeurs. Enfin, la logique du «en même temps» chère à Macron. C’est un des messages de la théorie du chaos mais surtout de la physique quantique, où l’on peut être à la fois ondes et corpuscules: c’est ce qu’on appelle «la logique du tiers inclus» où l’on démontre que l’on peut faire cohabiter des choses a priori incompatibles dans le même projet ou le même objet.

Les prospectivistes commettent toutefois des erreurs…

Absolument, elles viennent de ruptures technologiques imprévisibles. En matière d’énergie, je vous fais le pari que l’avenir à 100 ans, c’est Desertec, des panneaux qui couvriraient une partie du désert pour alimenter le monde en électricité. Dans 1000 ans, nous aurons installé des panneaux autour de la Terre pour améliorer l’efficacité. Enfin, dans 100 millions d’années, je pense que l’on récupérera 100 % de l’énergie du Soleil. Voilà l’avenir de l’énergie sauf si les hypothèses de l’énergie du vide sont réelles et que l’on arrive à la capter. Alors ça changerait tout. L’imprévu, c’est l’énergie nucléaire, imprévisible il y a quelques siècles. À l’inverse, l’avion avait été imaginé par Léonard de Vinci.

Collaborez-vous entre prospectivistes?

Il faut un ego énorme pour oser prédire l’avenir. On peut difficilement mettre deux crocodiles dans le même marigot. Soyons clairs, les rapports entre prospectivistes sont inexistants quand ils ne se résument pas à une intense jalousie.

 

Voir l’article du Figaro : cliquez ICI



0 Commentaires/
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *